V O S T O K

by Vostok

supported by
/
  • Streaming + Download

    Purchasable with gift card

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    FR: CD au format Digipak avec un superbe artwork (inspiré de la vague minimaliste Berlinoise) à tenir dans ses mains!

    EN: CD in a Digipak format with a wonderful artwork (inspired from the minimalist art scene from Berlin) right there in your hands!

    Includes unlimited streaming of V O S T O K via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days
    edition of 250 

      €5 EUR

     

1.
Allez viens dans cette chaleur Sous cette pâleur, il y a un corps Ici encore résonne un cri défiant la mort Allez viens, viens Allez viens, sens cette odeur de cramé Et sous mes airs de camé Mon cri t’invite à l'intérieur Allez viens, viens Rien n’est certain, rien d'établi L’homme emprisonne la vie Et rien n’est pur même le beau Tout à déterminer de nouveau Allez viens, viens Dans cette chaleur Sous cette pâleur, il y a un corps... Enflamme cette aire Terre brulée sur mon territoire Une tête brulée à la barre Mon son résonnera sur la mer Et des méninges aux viscères Allez viens, viens Dans cette chaleur Sous cette pâleur, il y a un corps... Allez viens, viens Dans cette chaleur Sous cette pâleur, il y a un corps... Si tu savais les horizons Si tu savais les perspectives Celle que tu te construis Que nous détruirons Allez! Sors de ta prison Allez! Sors...
2.
04:13
La ville est lourde quand t’es trop stone Tu ramènes ton cœur souvent à pas d’heure Ton cœur déborde un ivre s’emporte Dérobe à tes sens la limite l’errance La ville est lourde quand t’es trop stone Tu ramènes ton cœur souvent à pas d’heure Ton cœur déborde un ivre s’emporte Dérobe à tes sens la limite l’errance Quand t’es stone, quand t’es stone Te souviens tu que rien ne bouge Quand t’es stone, quand t’es stone Tu t’oublis dans ses yeux rouges Quand t’es stone, quand t’es stone, quand t’es stone! La ville est sourde quand t’es trop stone Tu promènes ton zob à travers les clubs Ton sang est sueur, ta sueur mon sens L’extase des formes les faibles dorment La ville est sourde quand t’es trop stone Tu promènes ton zob à travers les clubs Ton sang est sueur, ta sueur mon sens L’extase des formes les faibles dorment Quand t’es stone, quand t’es stone Tu souviens tu que rien ne bouge Quand t’es stone, quand t’es stone Tu t’oublis dans ses yeux rouges Quand t’es stone, quand t’es stone, quand t’es stone! Radio minuit Tension des fils Vingt-quatre en fuite Mirage dehors Rivage au corps Aux cernes denses Je danse encore Embrun saphir L’écho m’attire la peau des mots Stone, quand t’es stone, quand t’es stone, quand t’es stone…
3.
Ma main déserte, Les rivages que tu dessers Je véhicule l'automatisme, Sur tes cotes et sur ton flanc Système nerveux, voyage panique Dans les caves ma belle on nage, on rame, on vague à l'âme J’oublierais volontiers Mes bras déserte, ma tête mes nerfs Horizon cataleptique, du métal et du latex Chaires vannées, j’oublierais volontiers Ces amours à la chaine Ces usines qui ferment J’oublierais volontiers Je survis du lit au turbin et du turbin au lit Il faudra bien qu’j’éclate, Ou bien qu’j’explose Je ravale, j'implose A qui le tour, à qui le tour A qui le tour, à qui le tour A qui le tour, à qui le tour Pantomime technocrates La cravache, la cravate Et la forme à quatre pattes Un chien en chaîne Pour une mort à crédit A qui le tour, à qui le tour A qui le tour, à qui le tour
4.
04:16
Dans l'abime de ma rétine entre mes cils ton charme scintille Mes doigts tremblants déraillent en fine blanche Tu m'échappes que des flashs Every time I want try try try Every time I want try try try Why did you drug me again! Why did you drug me again! You drug me again you drug me, ha! You drug me, ha! You drug me, ha! You drug me again you drug me, ha! You drug me, ha! Ta bouche noie mes baisers flous anesthésie du front au cou Ange au parfum dense des Andes Inspiré qu'à méditer Le coït échappe doucement Ton chant sous la lune... Every time I want try try try Every time I want try try try Why did you drug me again! Why did you drug me again! You drug me again you drug me, ha! You drug me, ha! You drug me, ha! You drug me again you drug me, ha! You drug me, ha! Ensorcelle l'âme en pris à souhait Ensorcelle l'âme en pris à souhait... You drug me again, you drug me again, ha! You drug me again, you drug me again, ha! You drug me, ha! You drug me again! You drug me, ha! You drug me, ha! You drug me again!
5.
04:34
Marie sans faim enfreint d'une main la loi le silence Aux cernes denses, danse et danse encore A courir sans fin, après sa faim, va crever comme un chien L'antistar plante un poignard qui boit ton sourire L'antistar plante un poignard qui boit ton sourire Qui fuit sans dire... qui fuit sans dire.... qui fuit sans dire... As your smile! As your tears! As your smile! As your tears! As your smile! As your tears! Glissante, tombante, ta pierre tel un mirage Vers ces sombres rivages Fonde les peaux, les maux Crache tes dents, attends l'absence, la mort Les planchers te parlent, les couloirs s'affalent Garde l'élan prend, un instant, perdu dans tes paupières... Garde l'élan prend, un instant, perdu dans tes paupières... Qui fuit sans dire... qui fuit sans dire.... qui fuit sans dire... As your smile! As your tears! As your smile! As your tears! As your smile! As your tears!
6.
03:10
Absent inactif mais vivant Des funambules rassurés tendant vers l’infini des idylles aux cœurs Etendus tendus survécus
7.
J’ai un flingue, j’ai une balle J'ai un flingue j'ai une balle Un flingue un stylo J'avais un love, j'avais les brumes J'étais un homme mais pas les burnes J'aurais tiré au hasard J'aurais tiré sur mon père Esclave mental, esclave mental J'aurais perdu, j’aurais désert J'aurais pu tromper, j'aurais eu un troupeau J'aurais pu dicter, j'aurais pu dicton J'aurais pu pouvoir, j'aurais pu femme Mais je n'aurai plus ni corps ni âme Esclave mental, esclave mental Esclave mental, esclave mental Esclave mental, esclave mental, un flingue une balle, un flingue une balle Esclave mental, esclave mental, un flingue une balle, un flingue une balle

about

Premier EP du groupe de rock indé français à tendance noisy parisien Vostok.

credits

released December 24, 2011

V O S T O K
Samuel Derré - Raphaël Tandoi - Pierre-Louis Jozan - Henri d’Armancourt

Piano sur Interlude par François-Xavier Delaby.

Musique composée par Vostok
sauf Stone et Drugs par Fonf (François Merlo) et Samuel Derré.

Arrangements : Vostok.

Paroles de Samuel Derré
sauf Terre Brulée et À qui le tour ? de Jean-Daniel Boulay et Samuel Derré, Un Flingue, Une Balle de Jean-Daniel Boulay.

Enregistré au Studio C24 (avril 2010), mixé et produit par Camille Jamain.
Masterisé par Thomas Vingtrinier au Studio Sequenza (Montreuil).
Assistants studio : François-Xavier Delaby, Morgan Roux.

Artwork de Julien Ysebaert.

Remerciements : Pascal Spitz, Louis Raphaël-Leygues, Mickaël Anselmi, Timothée Guiffan, Odile Rossi, Nicolas Du Pasquier, Thibault Laurentjoye, Iris Langsley, François Merlo ainsi que tous ceux qui ont participé à ce projet et ceux qui nous prêtent une oreille…

Contact : vostokmusic@gmail.com
Info : vostokfrance.bandcamp.com & www.facebook.com/vostokfrance

license

tags

about

Vostok Paris, France

Rock indé français inconnu et à tendance noisy parce qu'on aime bien les étiquettes à rallonge qui veulent rien dire.

contact / help

Contact Vostok

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Report this album or account

Vostok recommends:

If you like Vostok, you may also like: